Immigration

330 migrants évacués d’un campement parisien après une attaque au couteau

15 décembre 2021
Temps de lecture : 2 minutes

Plusieurs migrants avaient été visés la semaine dernière par une violente agression à l’arme blanche.

Plus de 330 migrants sans-abri originaires d’Afrique subsaharienne ont été orientés vers des centres d’hébergement après l’évacuation, ce mercredi 15 décembre, d’un campement parisien où plusieurs d’entre eux ont été visés la semaine dernière par une violente agression à l’arme blanche.

« Les services de la préfecture de la région d’Île-de-France (Prif) ont procédé ce mercredi 15 décembre à la mise à l’abri de 331 personnes présentes à Bercy« , dans le XIIe arrondissement de Paris, où des dizaines de migrants s’étaient installés sous des tentes à deux pas du palais omnisports, a indiqué la Prif dans un communiqué. La préfecture affirme que tous ont été pris en charge dans des centres d’hébergement en Île-de-France, tandis que 52 personnes « en famille » n’ont, elles, pas bénéficié de cette opération et ont été orientées vers des « accueils de jour » de la capitale.

Une attaque au couteau à l’origine de l’évacuation

Le mercredi 8 décembre, un homme a été arrêté après avoir blessé deux migrants – dont un grièvement – et dégradé six tentes Ses motivation demeurent inconnues. « Il était plus qu’indispensable qu’une mise à l’abri rapide soit opérée sur ce campement, sur lequel survivaient dans des conditions indignes des dizaines de personnes exilées depuis le mois de juillet, pour la plupart, et sur lequel a eu lieu une agression au sabre », a réagi Pierre Mathurin, un responsable parisien de l’association Utopia56, qui leur venait en aide.

« On peut cependant regretter le fait qu’il ait fallu que ce drame survienne pour que les pouvoirs publics prennent enfin leurs responsabilités« , a-t-il déploré. De son côté, la préfecture rappelle que 7197 personnes migrantes ont été mises à l’abri dans le cadre de 27 opérations de ce genre, depuis le début de l’année.

Livre Noir et l’AFP

Répondre à Mark Stavingrad Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *