Arrestation de cinq passeurs qui pourraient être à l’origine du décès de 27 migrants dans la Manche.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur email

Jeudi matin, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a annoncé l’arrestation de cinq passeurs qui pourraient être à l’origine du décès de 27 migrants dans la Manche.

Après des semaines de tension, ce drame aussi terrible qu’inédit a suscité une onde de choc à Paris et Londres. 

Un pêcheur a signalé vers 14h00 ce mercredi la découverte de nombreux corps dans la Manche, au large de Calais.

“Vers 14 heures, il a signalé la découverte d’une quinzaine de corps flottant au large de Calais. Un bâtiment de la Marine nationale à repêché plusieurs corps”, indiquait mercredi le ministère de l’Intérieur.

Ce jeudi matin, le premier ministre Jean Castex, tient une réunion interministérielle sur “les traversées de migrants dans la Manche” à la suite du naufrage.

Matignon a annoncé cette réunion dès mercredi. Gérald Darmanin y prendra part, de même que les ministres de la justice, Éric Dupont-Moretti, des Armées, Florence Parly, de la Mer, Annick Girardin, des Transports, Jean-Baptiste Djebbari, des Affaires étrangères, Jean-Yves le Drian, et le secrétaire d’état à l’Europe, Clément Beaune, précise-t-on dans l’entourage du Premier ministre.

Au micro de RTL ce matin, le locataire de Beauvau a qualifié les passeurs de «criminels» qui «exploitent la misère des gens, des femmes, des enfants». «Il y a des femmes enceintes, des enfants qui sont morts hier, dans cette embarcation de fortune. Pour quelques milliers d’euros on exploite ces personnes pour leur promettre l’eldorado en Angleterre», s’est indigné le ministre, précisant que les deux survivants, un Irakien et un Somalien, se trouvaient hier «en hypothermie». Ils ont été soignés et seront bientôt entendus.

Parmi les victimes figurent 17 hommes, sept femmes et trois jeunes, selon la procureure de Lille. Il y aurait un adolescent et 3 enfants parmi les victimes, a précisé une source policière.

La Juridiction interrégionale spécialisée (Jirs) de Lille a été saisie de l’enquête, ouverte pour « aide à l’entrée et au séjour irréguliers en bande organisée », « homicide et blessures involontaires » et « association de malfaiteurs ». La police aux frontières, la gendarmerie maritime et l’Office central pour la répression de l’immigration irrégulière et l’emploi des étrangers sans titre (Ocriest) sont saisis, selon la source policière.

« Depuis le 1er janvier, nous avons arrêté 1 500 passeurs », a assuré Gérald Darmanin jeudi.

Selon Londres, 22.000 migrants ont réussi la traversée sur les dix premiers mois de l’année. Au 20 novembre, 31.500 migrants avaient quitté les côtes depuis le début de l’année et 7800 migrants avaient été sauvés. Une tendance qui n’a pas baissé malgré les températures hivernales.

Laurie de Reynal

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

engage