Société

Canicule et quotidien : Le fléau des aidants

17 juin 2022
Temps de lecture : 3 minutes

Alors que la France enregistre des températures records pour cette période de l’année, les anciens doivent redoubler d’attention du fait de leur vulnérabilité. Pour s’en prémunir, des centaines de milliers d’aidant redoublent d’efforts.

Les périodes de sécheresse et de chaleurs se succèderont, conséquences directes du réchauffement climatique et de l’activité humaine. Cette situation n’est pas sans rappeler le tragique été 2003 où 19 000 personnes avaient perdu la vie. Pour éviter une nouvelle occurrence, bénévoles et auxiliaires de vies s’engagent au service du troisième âge.

« Il ne faut pas oublier de fermer les volets (…) le drame c’est qu’il y a des gens qu’il faut forcer pour boire de l’eau ». Si les gestes paraissent simples, ils ne sont pas évidents pour nombre de retraités, soumis depuis quelques jours à des températures sahariennes.

Un phénomène jusque-là peu documenté

Dans une étude menée par le groupe BVA dresse le sombre panorama des aidants familiaux. Un Français sur cinq apporte régulièrement son aide à un ou plusieurs proches malades, mais comme marque d’humilité, seuls 26% d’entre eux assument le statut d’aidant. Les tâches qu’ils remplissent sont nombreuses. Du soutien moral à la simple surveillance, mais surtout de l’aide aux tâches domestiques et de la gestion administrative qui devient de plus en plus compliquée pour des personnes âgées. Le rapport détaille également un élément regrettable : un aidant sur cinq est contraint d’aider financièrement son proche.

Progénitures ou voisins, plus de la moitié des aidants sont âgés de plus de cinquante ans, d’ores et déjà impétrés dans un rythme de vie alliant l’impérieux besoin de travailler et l’attention portée aux siens. L’impact sur la vie professionnelle est en effet central. 49% d’entre-eux déclarent que la proximité avec des personnes malades affectent leur productivité et leur envie de travailler. Les principaux marqueurs invoqués sont le « manque de temps » (51%) et évidemment « le stress conjugué à la fatigue » (21%).

L’influence majeur de ce phénomène s’applique sur les loisirs, le troisième « 8 » de 1936, dont 70% des interrogés déclarent devoir s’en priver. Lorsqu’on les interroge sur leurs motivations, ce sont surtout les liens affectifs qui reviennent en tête de liste. Si l’est possible de mesurer le degré de civilisation d’une société humaine, c’est en constatant la façon dont elle prend soin de ses aînés.

L’appel aux pouvoirs publics

Face à cette situation délétère et diffuse, de multiples mesures ont été mises en place afin de pallier aux insuffisances de l’état, mais aussi pour alléger le quotidien des aidants.  le 23 octobre 2019, le gouvernement a annoncé la mise en place d’un plan avec des moyens importants. Ce plan, initié par l’ancienne ministre Agnès Buzyn, est constitué de 17 mesures pour un budget de 400  millions d’euros : Création du congé proche-aidant pour les salariés, indépendants et fonctionnaire à hauteur de 58 euros par jour ; Prise en compte automatique de ces heures pour éviter la décote lors du calcul de la retraite ; Prise en compte systématique de l’expérience acquise par les aidants particulièrement pour les auxiliaires de vies et les aides-soignantes dont c’est la profession)

Alors que la pyramide des âges hexagonales laisse présager d’un flot lent et ininterrompu du vieillissement de sa population, ce sujet, précieux et angulaire, advient comme incontournable aux yeux des pouvoirs publics.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *