Démantèlement du camp de migrants de Grande-Synthe

Le nombre de personnes présentes avait plus que triplé en deux mois, passant de 400 début septembre à environ 1500 personnes récemment.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur email

Ce mardi 16 novembre, suite à un courrier de Martial Beyaert, maire socialiste de Grande-Synthe, Gérald Darmanin a ordonné aux forces de l’ordre d’évacuer le camp de clandestins installé dans la ville. Installé sur une propriété privée, il comptait plus d’un millier de migrants, a annoncé le ministre de l’Intérieur.

Située sur l’ancienne sécherie Ringo, “l’opération de mise à l’abri”, comme l’appelle la préfecture, a démarré dans la matinée, en présence de nombreuses forces de l’ordre, ainsi que d’associations pour orienter les migrants.

Le nombre de personnes présentes avait plus que triplé en deux mois, passant de 400 début septembre à environ 1500 personnes récemment. Il s’agissait pour la plupart de Kurdes irakiens, de Afghans et de Pakistanais. Quarante camions de CRS ainsi que des agents de l’Office français de l’immigration et de l’intégration (OFii) et des agents de nettoyage de la ville étaient présents.

Les migrants seront donc conduits dans des centres “où des places d’hébergements ont été identifiées dans le Nord et d’autres régions”. Dans un contexte de tensions diplomatiques entre Paris et Londres sur la question migratoire, Gérald Darmanin s’est entretenu lundi avec le ministre de l’Intérieur du Royaume-Uni, Priti Patel, alors que le démantèlement était “prévu à cette date indépendamment” de ces échanges.

Laurie de Reynal

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

engage