Des pompiers et forces de l’ordre pris pour cible à la Martinique

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur email

Après les émeutes et blocages en Guadeloupe, la Martinique est à son tour touchée par des perturbations.

Dans la nuit de lundi à mardi soir, une rixe a eu lieu à Fort-de-France en Martinique et n’a heureusement fait aucuns blessés. Les forces de l’ordre et pompiers ont été pris pour cibles à plusieurs reprises cette nuit-là par des tirs d’arme à feu, sans être blessé.

Alors que la situation en Guadeloupe ne fait que s’aggraver suite à une contestation sociale liée à l’obligation vaccinale contre le Covid-19, la Martinique, elle, est entrée en grève générale lundi 22 novembre. Des manifestants ont installé des barrages bloquant les principaux axes routiers de l’île et empêchant de nombreux habitants à se rendre à leur travail.

Ils ont été installés tôt mardi matin à l’appel d’une intersyndicale de dix-sept organisations, qui appellent à la grève générale pour des revendications variées, parmi lesquelles la fin de l’obligation vaccinale et des suspensions pour les soignants, mais aussi la hausse des salaires, des minima sociaux et la baisse des prix des carburants et du gaz.

Les forces de l’ordre et pompiers ont été dépêchés pour des feux de poubelles allumés sur la voie publique dans le quartier de Sainte-Thérèse à Fort-de-France avant de se faire accueillir avec des tirs d’arme à feu et des projectiles qui n’ont pas fait de blessés.

« Nous sommes intervenus vers 23 h 30 en appui des pompiers. Nous avons reçu des projectiles. D’autres feux de poubelles et de véhicules ont été allumés vers 1 h 45, c’est à ce moment que les patrouilles ont essuyé des tirs de 9 mm à plusieurs reprises. Des impacts ont été relevés sur les véhicules », a précisé le commandant Joël Larcher, responsable de la communication de la direction départementale de la sécurité publique de Fort-de-France.

Laurie de Reynal

Une réponse

  1. Rendre la l’injection obligatoire avec un faux vaccin qui ne protége ni dans un sens ni dans l’autre et peut créer des pathologies relève d’un crime d’Etat comme l’obstruction aux traitements peu onéreux qui fonctionnent parfaitement comme le montrent les pays africains, au Cameroun où le protocole Raoult est employé il n’y aucune surmortalité et aucun confinement, il en est de même dans certains payx asistiques aui refusent la vaccination au profit de l’Ivermectine
    Macron et ses sbires doivent être poursuivis pour crime contre l’humanité

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

engage