Politique

Emmanuel Macron sur TF1 : président ou candidat ?

15 décembre 2021
Temps de lecture : 2 minutes

Le chef de l’État accordera ce soir une longue interview à TF1, à 21h05. L’émission a été enregistrée dimanche dernier. Il s’agira de faire un état des lieux du pays et de dresser le bilan de son mandat, alors que le président ne s’est toujours pas prononcé sur sa candidature.

« Où va la France ? » se demande Emmanuel Macron. Et il n’est pas le seul. Après avoir tenu une conférence de presse sur l’Europe, jeudi dernier, et un discours sur l’avenir de la Nouvelle-Calédonie, ce dimanche, le chef de l’État poursuivra cette longue séquence présidentielle sur TF1, ce soir. Deux heures pour dresser le bilan de son quinquennat, à quatre mois du scrutin présidentiel.

Cette interview ne sera toutefois pas diffusée en direct, en raison de l’agenda européen du président. Emmanuel Macron devrait donc s’exprimer sur les deux crises majeures qui ont rythmé – obscurci – son mandat, celles des Gilets jaunes et du Covid. Pouvoir d’achat, politique étrangère, réformes menées et suspendues, mea culpa et réussites… Le chef de l’Etat devrait ratisser large.

Parole présidentielle ou amorce de candidature ?

Des voix s’élèvent en revanche pour dénoncer la nature de son intervention. Pour Valérie Pécresse, « à l’évidence, cette émission ne s’inscrit pas dans l’exercice de la charge de président de la République mais bien dans le cadre de l’élection présidentielle à venir. » Même interprétation pour le député LR, Philippe Gosselin : « Le président de la République profite de son statut pour faire campagne à bon compte et à bon renfort de battage médiatique. L’émission qui sera diffusée demain soir est bien une émission de campagne, ni plus ni moins, personne ne s’y trompe. »

Yannick Jadot a quant à lui dénoncé une « mascarade », alors que Marine Le Pen invite le président à se prononcer clairement sur sa candidature. Jean-Luc Mélenchon, lui, a rappelé avoir déjà saisi le CSA en novembre pour décompter le temps de parole du président. Il déplore la « comédie monarchique » jouée selon lui par le chef de l’État.

Face à ces protestations, le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, a estimé que « quand on cherche à convaincre les Français, on cherche à leur parler, pas à empêcher les autres de le faire (…) Nous assumons d’être au rendez-vous de la pire crise depuis une siècle et de nous exprimer devant les Français sur nos mesures. »

Maud Koffler