Eric Zemmour : “guignol”, “misogyne” et “antisémite” ?

Depuis plusieurs semaines, le polémiste essuie une rafale d'insultes et d'accusations de la part d'une gauche souvent en mal de répartie, comme ce fut le cas avec Anne Hidalgo, sur le plateau du Grand Jury.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur email

“C’est une candidature de guignol ! C’est un guignol !” s’emporte la maire de Paris sous le regard ébahi de ses interlocuteurs, interrogée sur le temps de parole du polémiste. La joute est amorcée. Quelques instants plus tôt, sur Europe 1, Fabien Roussel, candidat du Parti communiste français à la présidentielle, déclare vouloir déposer une résolution à l’Assemblée nationale, “pour qu’enfin dans notre République un responsable politique ne puisse pas se présenter à une élection quand il a été condamné”. Le même jour, Arnaud Montebourg, également candidat, s’interroge : “Monsieur Macron, dernièrement, a reçu Monsieur Zemmour, l’a complimenté pour sa ‘vision’, comprenant même ‘son point de vue’. (…) Avec des propos racistes, négationnistes, antisémites, (…) pourquoi n’est-il pas poursuivi ?”

Eric Zemmour, est-il misogyne ?

Au cours de son long entretien accordé à Livre Noir, en juin dernier, le polémiste est interrogé sur sa prétendue misogynie. “Être misogyne, répond-il, c’est ne pas aimer les femmesqu’est-ce qui ferait dire que je suis misogyne ?” Il poursuit en évoquant ces “misogynes flamboyants” tels que Jacques Brel ou Georges Brassens : “Ça faisait partie du folklore ou d’une souffrance, moi ce n’est même pas le cas !” Condamnant alors “le féminisme indifférentialiste” qu’il juge “criminel, dangereux et totalitaire”, Eric Zemmour énonce les principaux dangers auxquels, selon lui, s’exposent réellement les femmes : “Quelle est la religion qui les voile, qui les enferme, qui leur interdit de porter des robes ? Quels sont les gens qui crachent parterre quand une femme porte une jupe trop courte ? Je pense qu’aujourd’hui, l’homme qui protège le mieux les femmes et qui est le moins misogyne du monde, c’est celui qui se bat contre l’immigration qui nous vient du sud de la Méditerranée, d’une civilisation qui enferme les femmes.”

Eric Zemmour, est-il raciste ?

Abondant dans le sens du ministre de la Justice, Eric Dupond-Moretti, lequel espérait en juin dernier que les Français “ouvrent les yeux” à son sujet, Arnaud Montebourg qualifiait, dimanche, le polémiste de “raciste, négationniste” et “d’antisémite”. Le 9 octobre, en déplacement à Ajaccio dans le cadre de ses conférences littéraires, Eric Zemmour déclare à la presse : “En 1958, le général de Gaulle était traité de Duce, c’est-à-dire Mussolini, l’inventeur du fascisme ; dans les année 70, Jacques Chirac était traité de ‘facho Chirac’ ; dans les années 80, Jean-Marie Le Pen était traité de fasciste… et dans les années 2000, Lionel Jospin, ancien premier secrétaire du parti socialiste et Premier ministre socialiste pendant cinq ans, a avoué que tout cela n’était que du théâtre anti-fasciste. Donc le théâtre anti-fasciste a trouvé une nouvelle cible : moi.”

Interrogé sur le même thème quinze jours plus tard, Gérard Larcher, président du Sénat, refuse quant à lui de qualifier Eric Zemmour de raciste, mais regrette “sa façon de réécrire l’histoire”, jugeant qu’il “hystérise le débat”, voire qu’il “abîme la nation alors qu’il prétend la réhabiliter”. Pour rappel, Éric Zemmour, plusieurs fois poursuivi pour des déclarations controversées, a été plusieurs fois relaxé mais aussi condamné à deux reprises pour “provocation à la discrimination raciale”, en 2011, et pour “provocation à la haine envers les musulmans”, en 2018.

Eric Zemmour, est-il antisémite ?

Selon le grand rabbin de France, Haïm Korsia, “antisémite, certainement, raciste, évidemment”. La semaine dernière, ce dernier dénonçait les propos du polémiste au sujet de maréchal Pétain dans lesquels il soutenait que son gouvernement avait “sauvé les juifs français”. “J’admets que l’on puisse contester ce que je dis mais je ne vois pas en quoi ce que je dis conteste que des Juifs aient été exterminés par des Allemands“, s’était-il alors défendu, avant d’être condamné à 10.000 euros d’amende par le parquet de Paris, au mois d’octobre.

Toujours est-il qu’au sein de la communauté juive, son cas divise. Dans une lettre publiée sur le site tribunejuive.info, le rédacteur conteste les propos du grand rabbin : “Ainsi, nous reprocherions aux musulmans de le qualifier de ‘raciste’ alors qu’il répète en avoir à l’encontre des seuls islamistes, et nous nous tairions devant un Haïm Korsia venu traiter le même d’antisémite ?” Et d’ajouter : “Obsédé certainement. Nationaliste de façon pathologique. Manquant de subtilité. Égrenant ses marottes face à un public qui l’a érigé au statut de Rock Star. Promettant une France qui non seulement ne fait pas rêver mais encore ferait peur. Mais antisémite…”

Se défendant de toutes ces accusations, Eric Zemmour dénonce, lui, “un nouvel antisémitisme islamique”, prenant en exemple l’assassinat de Mireille Knoll, “une victime de plus de l’invasion migratoire”.

Maud Koffler

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

engage