Société

La propagande woke et bien-pensante de France Télévisions

15 février 2022
Série Skam, saison 3, épisode 7. Crédits photo : Capture écran Skam France S3 E7/ France TV Slash
Temps de lecture : 7 minutes

Que ce soit sur les chaines de télévisions, sur les stations de radio ou sur les plateformes digitales de France Télévisions, le journalisme et le divertissement laissent très souvent place au militantisme. Enquête sur cette promotion des thèses woke aux frais du contribuable.

« Nous, simples citoyens et contribuables - et de ce fait co-financeurs et bénéficiaires de France Télévisions - constatons depuis des années avec consternation que le service France TV Slash multiplie les violations des règles juridiques et déontologiques qui encadrent sa mission d’intérêt général de service public audiovisuel. » dénonce la pétition « Pas avec ma redevance » lancée ce 11 février. En à peine quatre jours, elle réunit déjà près de 20.000 signataires. Après plusieurs mois d’enquête, ses initiateurs mettent en avant un manque de pluralisme et un manque de neutralité sur la plateforme 100% digitale France TV Slash. Ils ont analysé le compte Instagram de cette plateforme et constatent de nombreuses contrevenances à la Charte éthique du groupe public d’audiovisuel. En cause, des injonctions à manifester aux côtés d’associations féministes, écologistes ou à la Marche des Fiertés, des appels aux dons pour des associations comme le comité La Vérité pour Adama, des appels à signer des pétitions antiracistes ou encore des prises de positions politiques sans aucune contradictions. En effet, les Français - qui par leur redevance contribuent largement à l'existence de l'audiovisuel public - pourrait espérer voir respecter un certain pluralisme, si ce n'est neutralité, sur ces chaines et stations. Mais, il n'en n'est rien. À cela s'ajoute une hypersexualisation, peu appropriée pour des adolescents.

Toutes ces publications sur Instagram vont à l’encontre de la Charte éthique de France Télévisions qui demande aux journalistes et collaborateurs du groupe de respecter « l’honnêteté de l’information » et « le pluralisme ». De plus, ces posts s’opposent au principe de neutralité promu par le groupe public.

Au-delà des comptes sur les réseaux sociaux, c’est bien l’ensemble de la programmation de France Télévisions qui participe à la promotion à peine voilée des thèses woke. LGBT, Black Lives Matter, antiracisme,… Ce sont dans ces nouvelles idéologiques que les séries et autres programmes de l’audiovisuel public puisent leur inspiration depuis plusieurs années. Du côté de l’information, les journalistes partagent tous une même vision bien-pensante du monde où « l’extrême-droite » serait le mal absolu.

Assez simple d’y voir une influence de la direction du groupe. À la tête de France Télévisions depuis 2015, Delphine Ernotte appelait dès le début de son premier mandat à faire la chasse aux « hommes blancs de plus de 50 ans ». Pour l’épauler, Stéphane Stibon, directeur des antennes et des programmes du groupe public n’est pas étranger à cette orientation non plus. Avant d’atterrir dans l’audiovisuel, ce fils « de militants de gauche plus rouge que rose » selon Libération, a écumé les cabinets écologistes. D’abord

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 70% à découvrir

Aidez-nous à être la grande peur des bienpensants.

Abonnement sans engagement
Je m'abonne Déjà abonné ? Connectez-vous

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *