Politique

Le discours anti-police de Jean-Luc Mélenchon

28 janvier 2022
Crédits photo : Capture écran « Face à Baba » sur C8 le 27 janvier 2022
Temps de lecture : 2 minutes

Au cours de l’émission « Face à Baba », organisée par Cyril Hanouna ce 27 janvier, Jean-Luc Mélenchon a pu débattre avec Yannick Landurain, un policier de la BAC 93. L’occasion pour le candidat insoumis de réitérer son discours anti-flic.

« Si je suis élu, les gens comme vous, ne continueront à exercer dans la police » clame haut et fort Jean-Luc Mélenchon à l’adresse de Yannick Landurain, policier de la brigade anti-criminalité de Seine-Saint-Denis (BAC 93). Tout au long de ce débat houleux, le chef de file des insoumis n’a de cesse de remettre en cause la probité de son interlocuteur, et plus généralement de la police nationale.

Jean-Luc Mélenchon n’hésite pas à renouveler ses accusations à l’encontre des forces de l’ordre qui, selon lui, auraient « des comportements racistes ». Pour le tribun de Marseille, l’action de la police ne serait qu’un « échec total ». Stoïque face à lui, le policier tente de répondre, le plus calmement possible, aux mises en cause du candidat. Ce discours « agressif et caricatural » du tribun ne manque pas de faire réagir les syndicats de police. Beaucoup dénoncent des propos outrageux. Linda Kebbab, déléguée nationale unité SGP FO, regrette aussi que « Mélenchon [se soit] lâchement défilé devant la proposition de notre brave ami Yannick Landurain de patrouiller une nuit avec lui dans le 93.« 

La ministre de l’Intérieur a également pris la défense des policiers. « Les attaques haineuses et systématiques de
Jean-Luc Mélenchon contre les femmes et les hommes du peuple que sont les policiers, loin d’être des anecdotes politiciennes, sont en fait des attaques ad hominem contre la légitime autorité de la République.
 » écrit Gérald Darmanin sur son compte Twitter.

La dérive anti-flic

Ce n’est pas la première fois que Jean-Luc Mélenchon s’en prend violemment aux policiers. Par le passé, le député insoumis avait déjà osé les traiter de « barbares », de « bons à rien » et même de « factieux ». Reprenant la sémantique du mouvement Black Lives Matter, le candidat n’hésite à pas non plus à dénoncer « les violences policières » et le prétendu racisme des forces de l’ordre.

L’idéologie indigéniste dans laquelle baigne Jean-Luc Mélenchon depuis 2019 le pousse à vouloir « refonder la police. » Dans son programme pour l’élection présidentielle à venir, l’Avenir en commun, le candidat propose de démanteler la BAC, de désarmer les forces de l’ordre et de développer les polices de proximité. Avec ces mesures, il souhaite résoudre les problèmes de délinquance et d’insécurité qui inquiètent plus de 70% des Français. Et dans un énième déni de réalité électoraliste, Jean-Luc Mélenchon déclare ainsi sur le plateau de Cyril Hanouna, rêver d’une police qui réglerait le problème de la délinquance en discutant « à la bonne franquette ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *