Société

Les Ehpad Korian dans le collimateur de la justice.

8 juin 2022
Crédits photo : Département des Yvelines / Flickr
Temps de lecture : 2 minutes

Une trentaine de plaintes ont été déposées à l’encontre du gestionnaire de maisons de retraites pour « non-assistance à personne en danger », « mise en danger de la vie d’autrui » et « homicide involontaire ».

Aucune région n’est épargnée. Niort, Marseille, Paris, Bourges, Versailles et Bobigny sont concernées et attestent de l’étendue du problème auxquels sont confrontés les maisons de retraites médicalisées. Dix-huit familles sortent du silence et comptent mettre en lumière les traitements barbares qu’auraient subis leurs proches dans une multitude d’établissements en France.

Maltraitance : un témoignage accablant

Au micro de France Info, le fils d’un des résidents témoigne anonymement de la réalité de l’Ehpad où son père résidait. Interrogé sur ses conditions de vie, il confie que ce dernier « était lavé sommairement au gant dans son lit (…) et se retrouvait souvent en état de déshydratation » Il regrette également le décalage entre la quittance mensuelle de 3.500 euros exorbitante au regard de « l’hôtel de bonne facture » auquel son père a finalement droit.

Ce témoignage s’ajoute au florilège déjà documenté sur les réseaux sociaux où se téléversent régulièrement des images de maltraitances de soignants contre les pensionnaires, de personnes âgées livrées à elles-mêmes pendant des heures mais surtout de soignants physiquement à bout. Le témoin s’insurgera finalement contre le « dévoiement de l’humain au profit du lucratif ».

Sophie Boissard, Directrice Générale du groupe Korian, le rappelait pourtant lors de son passage à la commission des affaires sociales en février dernier : « Le profit n’est pas une fin en soi » alors que son concurrent et homologue Orpea faisait face aux mêmes accusations.

En France, 593.000 personnes vivent en Ehpad. Ce phénomène est en croissance constante depuis une vingtaine d’année au fur et à mesure que la population vieillit. La plateforme de signalement contre les violences faites aux personnes âgées et aux handicapées – 3977 – a enregistré une recrudescence inédite : « de 20 à 30 signalements quotidiens, on est passé à 50 » déplore Pierre Czernichov, Président de la Fédération .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *