Société

Maltraitance dans les EHPAD : le livre qui met en cause un groupe privé

25 janvier 2022
Crédits photo : Département des Yvelines / Flickr
Temps de lecture : 2 minutes

Dans Les Fossoyeurs, le journaliste Victor Castanet enquête sur la présumée maltraitance que le groupe privé Orpea infligerait à ses résidents. Un livre qui n’a pas manqué de faire réagir la classe politique.

Je prends très au sérieux le livre. Je vais néanmoins attendre des éléments factuels venant d’autorités d’évaluation et de contrôles indépendantes et attendre les réponses du groupe en question” a annoncé Olivier Véran, à la suite de la publication du livre de Victor Castanet.

Dans cet ouvrage, qui vient de paraitre aux éditions Fayard, le journaliste indépendant livre trois années d’investigation sur un groupe privé de gestion d’EHPAD. « Au début de cette enquête, j’ai été alerté par des membres du personnel soignant. Ce sont des salariés d’Orpea qui m’ont contacté pour me faire part d’un certain nombre de dysfonctionnements au sein de l’établissement « Les Bords de Seine », situé à Neuilly-sur-Seine dans les Hauts-de-Seine » explique-t-il au micro de France-Télévision. Au fil des pages, il décrit de multiples dérives pouvant conduire à la maltraitance. Des soins aux repas, tout y serait rationné dans un souci de rentabilité, alors même que les frais de séjour s’élèvent chaque mois à près de 7.000 euros pour une chambre d’entrée de gamme. D’autre part, ce type d’établissement bénéficie également de fonds publics de la part de l’Etat et des départements.

Après l’annonce de la parution du livre-enquête, l’action du groupe a immédiatement dévissé en bourse de plus de 16%. D’autres groupes privés ont également connu le même sort.

Demandes d’enquête

Pour le moment, le ministre de la Santé attend des réponses d’Orpea avant de lancer une enquête. Le groupe a d’ores et déjà dénoncé dans un communiqué « des accusations mensongères, outrageantes et préjudiciables. » Les avocats du groupe ont également été saisis pour donner suite à cette affaire.

De son côté, Marine Le Pen réclame « la création d’une commission d’enquête parlementaire sur ce sujet. » « Nous nous devons de protéger nos ainés, et de les traiter avec la dignité et le respect qui leurs sont dus. La logique de rentabilité est insupportable lorsqu’elle remet en cause ces principes » écrit la candidate du Rassemblement National dans un communiqué. Elle profite aussi de l’occasion pour réclamer la création d’un « droit opposable aux visites. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *