Politique

NUPES : la chasse aux sorcières est ouverte

13 mai 2022
Crédits photo : Clémence Guetté / NUPES
Temps de lecture : 2 minutes

Suite aux accusations d’homophobie lancées contre le député PS de Charente, candidat à sa réélection, pour ses prises de positions contre la PMA et le mariage pour tous, celui-ci s’est vu retiré tout soutien de la NUPES et a été désinvesti par le Parti socialiste.

La Nouvelle union populaire écologique et sociale (NUPES) ne serait-elle qu’une façade ? À peine investi le député sortant de Charente, membre du Parti socialiste et candidat à sa propre succession, s’est vu retirer le soutien de l’alliance de la gauche pour sa candidature. Il est notamment reproché au candidat d’avoir pris position contre l’élargissement de la procréation médicalement assistée et contre le mariage pour tous en 2013. Un avis politique qui ne passe pas parmi les rangs de la gauche progressiste. En tête des protestations : Sandrine Rousseau. Sur Twitter, la candidate à l’élection législative dans la 9ème circonscription de Paris a publié en réaction aux convictions politiques du député socialiste : « Not in my name. L’homophobie ne peut s’assoir sur les bancs de la Nupes ». Face aux critiques d’Europe Écologie – Les Verts et de La France Insoumise, le Parti socialiste a finalement décidé de retirer l’investiture du député qui briguait un huitième mandat.

Jérôme Lambert dénonce une « tempête dans un verre d’eau »

Face aux critiques et peu de temps avant son éviction, le député Parti socialiste de 64 ans n’a pas hésité à dénoncer une « tempête dans un verre d’eau ». Interrogé par Le Figaro dans la foulée de l’annonce du Parti socialiste, Jérôme Lambert s’est dit « surpris que le PS se laisse ainsi faire face aux attaques insensées de Sandrine Rousseau [qui] n’ont aucun écho local » et critique également la réduction systématique au silence de tous ceux qui irait un tant soit peu contrarier les dogmes majoritaires au sein de la Nouvelle union populaire, écologique et sociale. L’élu prévient que cette attitude est « en train de susciter localement des candidatures socialistes dissidentes ».

Parallèlement aux accusations d’homophobie auxquelles devait faire face Jérôme Lambert, l’ancien rapporteur de l’observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, était accusé d’être pro-corrida par l’association Alliance anti-corrida. Investi par EELV dans la 6e circonscription du Gard, d’où il est originaire, le candidat à la députation ne sait jamais caché d’avoir « assisté aux pratiques de tauromachie » étant enfant. Toujours maintenu, le candidat semble avoir le soutien d’EELV.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *