Pologne-Biélorussie : une crise migratoire organisée de toute pièce

Face à l’incroyable afflux de migrants à ses portes, la Pologne a déjà mobilisé 15 000 militaires et érigé une clôture surmontée de fils barbelés.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur email

Alors que des milliers de migrants sont toujours massés à la frontière polonaise, la Biélorussie continue d’obliger d’autres migrants venus d’Irak et de Syrie de s’y rendre.

“Les gens ne doivent pas être utilisés comme arme”, déclarait hier Josep Borrell, chef de la diplomatie européenne, qui accuse le président biélorusse Loukachenko d’avoir organisé la crise migratoire actuelle aux portes de l’Europe, après s’être entretenu avec le ministre biélorusse des Affaires étrangères.

Crédits : Leonid Shcheglov / Keystone

Face à l’incroyable afflux de migrants à ses portes, la Pologne a déjà mobilisé 15 000 militaires et érigé une clôture surmontée de fils barbelés. Majoritairement issus du Kurdistan irakien ou de Syrie, plusieurs d’entre ont tenté de démonter les clôtures barbelées afin d’atteindre l’Europe. Cinquante d’entre eux sont parvenus à traverser cette limite, samedi, pourtant fortement gardée, près du village de Starzyna. Selon les organisations humanitaires, au moins 10 migrants sont morts jusqu’à présent.

Ceux qui parviennent à franchir la frontière se cachent généralement dans la forêt de Podlaskie, à des températures proches de 0°. Les hôpitaux proches de la frontière sont quant à eux submergés par l’afflux des migrants, alors qu’ils subissent une nouvelle vague de coronavirus, notamment à Hajnowka où l’hôpital manque déjà cruellement de lits.

Laurie de Reynal

3 réponses

  1. “Organisée de toute pièce”? Par qui? Par les Biélorusses? C’est ce que cet article laisse entendre, sans pour autant l’affirmer directement.
    J’aimerais, de la part de Livre Noir, un peu plus de recul, ou alors d’éléments d’appui plus sonnants. L’hostilité belliqueuse des instances de l’UE en général, et des élites des pays limitrophes de la Biélorussie et de la Russie en particulier, envers ces derniers n’est plus à démontrer, ni leur volonté de recourir à la manipulation pour s’en justifier. Leur parole est loin d’être fiable, sinon au contraire.
    Peut-être que les Biélorusses ont organisé de toute pièce ce siège, potentiellement pour se venger des sanctions, ingérences, insultes et menaces militaires dont ils font régulièrement l’objet (à tort ou à raison). Peut-être. Mais, Occam me tripote, il se peut aussi très bien qu’il soient eux-mêmes submergés par des bandes de migrants, et que ceux-ci affirmant leur volonté d’aller plus à l’Ouest (et franchement, qui voudrait vivre en Biélorussie??), ils ne sont que trop contents de s’en débarrasser. Comment leur en vouloir? Ils n’ont pas, que je sache, d’obligation de faire respecter les frontières de Shengen.
    Donc, que la Pologne défende ses frontières, très bien. Qu’elle le fasse à l’arme lourde, je m’en fous. Mais toute cette agitation théâtrale autour… tout ce que j’y vois, c’est une énième opportunité saisie d’attiser l’animosité des peuples envers les Russes. C’est lassant.

  2. Comme pour l’autre commentaire, je trouve que le titre lance une affirmation, celle qu’on entend partout sur les autres médias, sans apporter de nouveau, ni recul ni précision.
    Dommage.

    En dehors de ça continuez et merci pour votre travail !

  3. Le français bobo gaucho de base s’indignera de cette ignoble traite d’êtres humains aux portes de l’europe.

    En revanche, il n’aimera pas franchement que son arrondissement parisien soit envahis par les mêmes personnes qui auraient réussi à franchir les barrières.

    Peuple français a la contradiction insolente.

    De temps en temps, il faut savoir se placer.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

engage