Politique

Présidentielle 2022 : Ségolène Royal appelle Anne Hidalgo à renoncer à sa candidature

10 décembre 2021
Former French Ecology minister Segolene Royal attends at the Parliamentary Hearing about french motorway concession agreements at the French Senate – July 9, 2020, Paris (Photo by Daniel Pier/NurPhoto) (Photo by Daniel Pier / NurPhoto / NurPhoto via AFP)
Temps de lecture : 2 minutes

L’ex-candidate PS à la présidentielle de 2017 Ségolène Royal a demandé vendredi à Anne Hidalgo, candidate socialiste pour 2022, de « se désister » pour Yannick Jadot (EELV) ou Jean-Luc Mélenchon (LFI).

À la peine dans les sondages, la maire de Paris a déclaré mercredi soir sur TF1 vouloir participer à une primaire de la gauche, dans le but de désigner un candidat unique à la prochaine échéance présidentielle. Malgré le refus de l’ensemble des formations politiques concernées, la candidate socialiste a confirmé ses intentions jeudi soir sur LCI. Mais pour Ségolène Royal, ancienne finaliste de la présidentielle en 2007, Anne Hidalgo doit se désister.

« Il vaut mieux l’union que la désunion », salue d’abord l’ancienne ministre. « Mais l’union ne se décide pas sur un plateau télé, c’est un travail, un respect, un long cheminement », assure celle qui base son analyse sur les précédentes élections. « Quand Lionel Jospin s’est présenté et n’a pas accédé au second tour (en 2002), il avait Christiane Taubira et Jean-Pierre Chevènement contre lui. Quand je me suis présentée en 2007, je les ai eus tous les deux avec moi. Cela ne s’est pas fait par le hasard, mais par le travail et la discussion. Or, ce travail a manqué. »

« Si on veut être positif, elle a fait la moitié du chemin en disant il faut l’union », a réagi Ségolène Royal vendredi sur LCI. Maintenant « il faut qu’elle se désiste pour un des deux candidats qui est devant elle, c’est ça la dynamique d’union, même si c’est dur ».

« Une candidate à la présidentielle, qui a demandé à l’être après avoir dit qu’elle ne le serait jamais, qui refuse les primaires et fait changer les statuts du parti, doit respecter les électeurs », dénonce Ségolène Royal, qui invite la maire de Paris à abandonner la course à l’Élysée.

Laurie de Reynal