Justice

Quand l’avocate de Salah Abdeslam fait l’éloge de son client

7 juin 2022
Allégorie de la Justice / Credit photo : Getty images/ I stock
Temps de lecture : 2 minutes

Le 6 juin dernier, Maître Olivia Ronen a dressé au public de Quotidien le portrait d’un Salah Abdeslam enclin au dialogue.

Olivia Ronen, avocate au Barreau de Paris, a choisi de prendre la défense de Salah Abdeslam, le terroriste connu pour avoir renoncé à mener au bout son attaque-kamikaze du 13 novembre 2015. Il est incarcéré à la prison de Fleury-Mérogis depuis le mois de mars 2016. Malgré les critiques, Maître Ronen tient le cap et s’inscrit dans la lignée du Garde des Sceaux Eric Dupont-Moretti, ancien avocat pénaliste, lui même « fier » d’avoir défendu le frère de Mohammed Merah.  

« Je n’ai pas hésité très longtemps (…) j’ai senti que le contact était bon ».

Empreinte d’une rhétorique ficelée et pédagogue, l’avocate cherche avant tout à défendre l’idée qu’elle se fait de la profession. Spécialisée dans les affaires de grande criminalité et de terrorisme, Olivia Ronen est « contre les idées toutes faite qui visent à exclure des personnes de l’humanité » sans bien sûr chercher à « légitimer ni excuser ses actes ». Elle ajoute que son travail  « n’est pas de faire attention aux parties civiles » même si ces dernières se sont succédées à la barre pendant des mois pour narrer l’effroyable récit du 13 novembre.

Selon Laurent Nunez, coordinateur de la lutte contre le terrorisme, 46 attentats ont été déjoués depuis 2017 grâce à l’action simultanée des renseignements généraux policiers et des services extérieurs.

« Cette espèce d’armure s’est un petit peu fendillée »

Julia Courvoisier, avocate au barreau de Paris et contributrice au site Actu-Juridique.fr, indique dans un article publié le 20 avril 2022 que « La particularité de cet accusé est l’ampleur du dossier dans lequel il est mis en examen (…) et la durée du silence dans lequel il s’est muré : un peu plus de 6 ans. »

Au fil des discussions avec son client, Olivia Ronen confie à Yann Barthès et ses chroniqueurs que Salah Abdeslam s’ouvre peu à peu à la confession. Il s’agirait alors d’une aubaine pour le déroulement du procès dont les acteurs ne faisaient jusque-là face qu’au mutisme déterminé de l’accusé.

Certains s’émeuvent, d’autres soulignent la probité qu’elle rend à l’image de la profession d’avocat. Sur les réseaux sociaux, les réactions des utilisateurs sont mitigées. Quand certains vantent sa réthorique « extrêmement pédagogue » et sa « bravoure » d’autres fustigent son « Indécence » son « indignité » et sa « complaisance avec le jihadisme ».

Les attentats du Stade de France, du Petit Cambodge, du Carillon et du Bataclan ont coûté la vie à 130 personnes et en ont blessé 413 parfois grièvement et sans distinctions. Le procès de la nébuleuse des accusés a débuté le 8 septembre 2021. Depuis ce jour, 1800 parties civiles et 20 prévenus se succèdent pour témoigner et aboutir à une résolution.   

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *