Qui sont les Dalton, ce collectif de rappeurs qui sème la pagaille à Lyon ?

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur email

Enfants armés, têtes cagoulées, rodéos sauvages et des répliques telles que : “On fait la loi de la ville, vend stupéfiant dans l’allée”, “ces salopes qui baisent leurs mères”, “on s’en bat les couilles des keufs“… les rappeurs n’oublient pas de provoquer.

Facilement reconnaissables avec leurs costumes de prisonnier rayés jaune et noir, semblables à celui des vrais Dalton, le collectif enchaîne les délits.

Trois d’entre eux ont été arrêtés à Bron, pour avoir réalisé des rodéos sauvages, sous les regards et smartphones de leur entourage. Ils ont été présentés à la justice, l’un d’eux a été placé en détention provisoire en attendant le procès renvoyé au 26 novembre 2021.

Suite à leurs arrestations, le détenu aurait déclaré “ce n’est que partie remise“, sur Instagram. À l’issue de sa publication, l’homme a été interpellé pour avoir conduit une moto volée. Deux de ses amis qui filmaient ont pris la fuite, avec d’autres véhicules dérobés.

Emprisonné pour détention d’armes et rodéos sauvages, le leader du collectif Many GT a déclaré : “Oui, un voisin suceur de Lucky Luke a appelé la police pour dire qu’il y avait une moto jaune et noire dans les garages, ils l’ont prise comme un trophée, on vous l’offre les gars, on en prépare une méchante là.”

Ce jeudi 4 novembre, dans la soirée, les Dalton ont encore frappé. Après avoir annoncé sur leur compte Instagram “ça sent le live, restez connectés”, deux d’entre eux ont interrompu le match de Ligue Europa Lyon-Sparta Prague en s’introduisant sur la pelouse.

Cette péripétie fait suite à une série d’actions visant à provoquer “Lucky Luke”, terme employé par le collectif pour désigner les autorités.

Laurie de Reynal

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

engage