Témoignage de Sœur Gloria, libérée des djihadistes au Mali en octobre après 5 années de captivité.

« Ils n’arrêtaient pas de répéter qu’ils voulaient des cadavres et ils m’ont fait souffrir pour voir combien je pouvais endurer »
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur email

Sœur Gloria Cecilia Narvaez de la communauté des Franciscaines de Marie Immaculée a été libérée en octobre, après avoir été kidnappé le 7 février 2017 près de Koutiala (400 km à l’est de Bamako), et retenue en otage durant 4 ans et 8 mois par un groupe djihadiste affilié à Al-Qaida.

Accueillie chaleureusement à Bogota le 16 novembre, elle a accepté de témoigner.

« Ils n’arrêtaient pas de répéter qu’ils voulaient des cadavres et ils m’ont fait souffrir pour voir combien je pouvais endurer », raconte-t-elle. Dès son enlèvement, ses ravisseurs l’ont fait souffrir. Privée de nourriture et d’eau, ils lui ont craché dessus et l’ont laissé pendant des heures en plein soleil.

Pendant 5 ans, ils n’ont cessé de l’appeler « chienne de croyante ».

« En tant que femme et catholique, ma vie valait moins que rien à leurs yeux », explique-t-elle.

Sœur Gloria n’a pas tenté de se défendre et est restée fidèle à la devise de la fondatrice de sa congrégation, Caridad Brader, « Tais-toi, tais-toi, tais-toi, Dieu veille ».

Tout le long de sa captivité, Sœur Gloria n’a pas douté de sa foi, au contraire elle l’a enrichie, parlait souvent à Dieu. Pour ce faire, elle écrivait des prières et des lettres à Dieu avec des morceaux de charbon ou dans le sable des dunes.

« Dans ces lettres, j’ai remercié Dieu d’être en vie et lui ai dit qu’il m’avait sûrement mise à l’épreuve afin d’apprendre à être plus patiente, humble et dévouée dans ma mission. »

Pour tenir et supporter les épreuves du quotidien, la religieuse trouvait du réconfort en se remémorant les chants entonnés avec les autres religieuses et en répétant constamment les psaumes.

Laurie de Reynal

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

engage