Politique

Une maire accuse les équipes d’Anasse Kazib de l’avoir harcelée pour obtenir son parrainage

17 février 2022
Crédits photo : Capture écran / Balance ton post / C8
Temps de lecture : 2 minutes

Séverine Le Goff, maire sans étiquette de Flacourt dans les Yvelines, accuse les équipes de campagnes d’Anasse Kazib, candidat de la Révolution permanente, d’avoir longuement insisté pour obtenir son parrainage. Elle dit « regretter » avoir signé en faveur du candidat.

« J’avais beau leur dire non, ils relançaient. » raconte Séverine Le Goff, auprès d’Actu 78, après avoir donné sous la pression son parrainage à la candidature d’Anasse Kazib. Aujourd’hui, elle dit « regretter » avoir apporté son soutien au candidat de la Révolution permanente. Elle aurait cédé face à l’insistance des équipes de campagnes de celui qui se dit fier de ne voir aucun drapeau français lors de ses rassemblements. La maire confie « s’être fait avoir. » « J’ai signé la promesse de parrainage pour me débarrasser d’eux. Je ne pensais pas que ce serait validé », a-t-elle ajouté.

Un harcèlement jusqu’à son domicile

D’après son récit, les équipes d’Anasse Kazib auraient été jusqu’à frapper à son domicile pour obtenir gain de cause. Puis, c’est sur son téléphone portable qu’ils auraient continué leur pression. Et pour finir, ils seraient passer en mairie. La maire de Flacourt qui n’adhère pas aux idées du candidat, espère qu’il n’obtiendra pas ses 500 parrainages. A ce jour, il en est à 116 signatures validées par le Conseil constitutionnel.

Du côté des équipes de la Révolution permanente, une autre version est racontée à la presse. Ils assurent ne pas avoir été insistants et ne « pas avoir fait le siège de sa maison.« 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *