Politique

Valérie Pécresse : « Je demande solennellement un débat avec Emmanuel Macron »

31 janvier 2022
Crédits photo : Jacques Paquier / Flickr Creative Commons
Temps de lecture : 2 minutes

Valérie Pécresse demande un débat à Emmanuel Macron. Il doit « rendre des comptes » a estimé la candidate investit par le parti Les Républicains (LR), dimanche 30 janvier dans l’émission Dimanche en politique sur France 3.

Autour de la future campagne d’Emmanuel Macron, quelques doutes subsistent encore. Participera-t-il à un débat ? Valérie Pécresse, à l’instar de Jean-Luc Mélenchon et Eric Zemmour, le souhaite. Invitée de l’émission Dimanche en politique sur France 3, la candidate les Républicains (LR) a évoqué ses projets pour la France mais également son souhait de débattre avec le chef de l’Etat. « J’espère qu’il va accepter de débattre. Je demande solennellement un débat avec Emmanuel Macron » a déclaré la candidate.

Un débat nécessaire selon Valérie Pécresse

Interrogé samedi par le Parisien, le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal s’était montré « sceptique » quant à l’éventualité d’un débat au premier tour. « Le président a toujours montré son intérêt pour la confrontation d’idées. Mais à quoi ressemblerait ce débat de premier tour? Douze candidats cherchant pendant 1h50 leur moment avec le président, qui aurait dix minutes pour leur répondre », a assuré le secrétaire d’Etat.

Pour la candidate LR, le Président de la République doit « rendre des comptes ». « Refuser le débat avant le premier tour, c’est archaïque. Pendant les régionales, tous les présidents sortants ont accepté le débat. Moi, j’ai débattu avec tous mes adversaires, j’ai rendu des comptes, je n’ai pas eu honte de mon bilan, je l’ai défendu » a-t-elle ajouté. Insistant sur l’enjeu démocratique d’un tel débat, Valérie Pécresse considère que « la démocratie moderne aujourd’hui, c’est accepter le débat, c’est accepter la contradiction. On a une présidence du mépris, une présidence hautaine, distante et solitaire. J’ai besoin que cette présidence se confronte avec le réel ».

Bien placée dans les sondages, Valérie Pécresse obtient entre 16% et 18% des intentions de vote, et joue des coudes avec Marine Le Pen, candidate du Rassemblement National (RN). En invectivant Emmanuel Macron, elle tente de relancer sa campagne médiatique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *