Zemmour : ces ferveurs refoulées

L'écrivain se prête volontiers aux bousculades et aux selfies, saisit les mains tendues à la volée, salue les plus lointaines, s'empare de chaque regard et distribue des sourires par myriades. La campagne "littéraire" bat son plein.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur email

Ce week-end, l’écrivain, polémiste et candidat putatif à l’élection présidentielle s’est à nouveau imposé en homme providentiel devant un parterre de Nîmois enflammés, puis à Béziers, aux côtés de Robert Ménard, lequel l’enjoint à s’unir coûte que coûte aux ténors de la droite, en particulier à Marine Le Pen.

« Zemmour, Président, Zemmour Président ! » Soudain, la foule se lève. Dans un élan quasi prophétique, porté par les acclamations d’une salle en surchauffe, Eric Zemmour emprunte la haie d’honneur formée par les militants de Génération Z jusqu’à la scène. L’écrivain se prête volontiers aux bousculades et aux selfies, saisit les mains tendues à la volée, salue les plus lointaines, s’empare de chaque regard et distribue des sourires par myriades. La campagne “littéraire” bat son plein.

Eric Zemmour à Béziers / crédits : Maud Koffler – Livre Noir

Après avoir rendu un hommage appuyé à Samuel Paty, assassiné le 16 octobre 2020, le polémiste embraye sur des propositions relevant selon lui “du bon sens” : “Suspendre les aides sociales pour les familles des élèves qui perturbent gravement les classes, restaurer la fonction du proviseur chargé normalement de faire respecter l’ordre dans les établissements (…), remettre la transmission des savoirs au cœur de l’école…” Un discours ferme, sans nuances, désignant à la fois la faiblesse d’un État repentant et la lâcheté d’une Éducation amnésique. Enseignement, écologie, justice sociale, islamisation… Quinze minutes de tir à balles réelles.

A la conquête des cœurs brisés

Mais pour comprendre cette “dynamique Zemmour”, au-delà des sondages, il faut d’abord comprendre les Français. Comprendre ces jeunes militants dont l’engagement frise la dévotion. Comprendre ces retraités fâchés avec la rengaine politicienne. Comprendre cette ferveur républicaine ou cette réconciliation nationale qui brise les clivages et répond sans détour aux supplications de Robert Ménard. Comprendre ce brassage social, cette dimension prophétique. Comprendre cette euphorie au détour d’une table de dédicaces gardée par deux agents de police. Comprendre ces implorations. Dans ses discours, Eric Zemmour ravive les braises d’un patriotisme éconduit par les gouvernements successifs. Du Philippe de Villiers dans le texte. Ce fameux “roman d’amour”…

Le public de Béziers, à quelques minutes de l’arrivée d’Eric Zemmour et de Robert Ménard / crédits : Maud Koffler – Livre Noir

“On compte sur lui pour aller jusqu’au bout et changer la France”, nous confie une dame en refermant son livre fraîchement dédicacé. “C’est un vrai rêve, jamais je n’aurais pensé être aussi près d’Eric Zemmour un jour”, surenchérit un étudiant en le photographiant discrètement. “C’est quelqu’un d’intelligent, de sensible, de vrai” s’émeut encore une femme. “Je ne me retrouve plus dans les Républicains”, regrette une nostalgique des années RPR.

Livre Noir vous propose donc une immersion en images, dans l’authenticité de ces rendez-vous littéraires, à la croisée des chemins, des regards et des idées :

Maud Koffler

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

engage